Projet de recherche : Analyse des incidences des modeles d'expertises sur les modèles de gouvernance des institutions sociales et médico-sociales

par J-C. Barbant, Directeur Adjoint en charge de la recherche (2012).

En proposant un modèle d’analyse basé sur l’identification des modèles d’expertises par les conceptions (politiques, théoriques, méthodologiques et éthiques), les imaginaires, les postures et l’ ethos professionnel, nous avons pu élaborer ainsi une correspondance entre des modèles de formation à l’expertise, des modèles d’expertise de l’intervention et des modèles de gouvernance. Dans cette perspective, nous avons mis à jour quatre modèles d’expertises de l’intervention sociale présents dans le champ de la formation professionnelle supérieure . Dans une seconde approche, nous avons interrogé des responsables de formation sur la fonction des experts et de l’expertise dans le champ social afin de mettre en tension leurs représentations et les intentions des projets de formation. Cette analyse nous a aidé à saisir le rapport entre la promotion de certains modèles d’expertise et la conception de modèle de gouvernance de l’intervention sociale. Dans cette perspective, cette entrée thématique pourrait identifier et analyser la demande d’expertise dans le champ de l’intervention sociale en matière de développement durable et social notamment. Effectivement par l’appel permanent à ce qui apparaît comme fonctionnant comme de nouvelles idéologies, nous assistons dans certains modèles d’expertises à un renouvellement des conceptions de l’intervention et des modes de gouvernance des institutions sociales et médico-sociales. Il s’agira ainsi de poursuivre l’analyse du rapport entre la dimension politique, technique et éthique des expertises de l’intervention sociale et de leurs agencements et l’émergence des pratiques de gouvernance en matière de développement durable, local et social.

De façon plus précise, nous avons analysé, dans une première phase de recherche, les projets de formation de types « masters professionnels» et «D.E.I.S» (Diplôme D’Etat d’Ingénierie Sociale) dans la période 2006-2009 dans le champ de l’intervention sociale. Période pendant laquelle, le D.E.I.S s’est progressivement installé dans les régions. Notre questionnement s’est principalement centré alors sur la mise à jour de modèles d’expertises. Nous pouvons ainsi, à partir de nos travaux, nous interroger sur les phénomènes qui structurent les transformations des organisations sociales et du rôle central des expertises en matière de gouvernance dans les logiques ascendantes et descendantes et nous verrons en quoi ces nouvelles transactions sociales participent à l’émergence ou non d’une nouvelle praxis sociale prise au sens de A.Giddens : « Avec l’avènement de la modernité, la réflexivité prend un caractère différent. Elle participe du fondement même de la reproduction du système, de telle sorte que la pensée et l’action se réfractent constamment l’une sur l’autre ». (Giddens, 1994, p 44). Ce que nous entendons ici dans la terminologie « praxis sociale » renvoie à une capacité à agencer des savoirs profanes, experts, académiques ou encore expérientiels dont nous pouvons faire l’hypothèse qu’ils participent à répondre aux défis multiples des logiques de développement durable et social. A partir de cette approche théorique et méthodologique, nous essaierons de la confronter à l’analyse de la demande d’expertises dans les collectivités territoriales et administrations décentralisées afin d’en mesurer les cohérences et les ruptures.

Ce projet vise à répondre dans un premier temps à la question centrale : quelles demandes d’expertises pour quels modèles de gouvernance de l’action sociale et médico-sociale ?

Notre dispositif de recherche :

Notre terrain de recherche se situera spécifiquement dans les collectivités territoriales et administrations décentralisées soit : communes, communautés d’agglomérations, Conseil généraux DDJSCS, DRJSCS, ARS,.. ; Nous essaierons à partir de trente collectivités étudiées de saisir les modèles dominants de gouvernance et la demande d’expertises.

Hypothèse :

Les quatre modèles d’expertises que nous avons mis à jour correspondent à la demande d’expertises des organisations sociales mais les modèles de gouvernance ne sont pas clairement clarifiés et référés même si les notions de développement social, durable et local fonctionnent comme de nouvelles idéologies dominantes.

Méthode :

1) Échantillon : 30 cadres supérieurs de l’intervention sociales et 20 consultants spécialisés
- Trois régions étudiées : Languedoc-Roussillon, Midi Pyrénées et Rhône-Alpes
- collectivités territoriales (C.R et CG) ; administrations décentralisées, centres de ressources, cabinet d’ingénierie

2) Instruments :
- Reprise de la modélisation des expertises et ingénieries sociales
- Modélisation selon l’épistémologie d’Y.Minguet et G.Herreros

<< Retour à la présentation de l'axe de recherche n°1 de l'IRTS LR <<

© 2019   Créé par Prefis Languedoc Roussillon.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation