Projet d'étude : La problématique de l'évaluation dans le champ médico-social

par Colette Doumenc Cadre pédagogique IRTS LR

Tel que le souligne Jacques DEMORGON (2005) la notion d'acculturation relève à l'origine d'un contexte précis : « une culture jugée supérieure, actuelle, majoritaire, donc à tous égard dominante, s'imposait à des groupes qui s'y trouvaient immergés comme minoritaires leur propre culture étant jugée inférieure » (p. 58).

Certes si les premiers travaux sur l'acculturation donnant lieu à cette conception étaient sans doute un peu simplistes voire teintés d'une certaine idéologie, elle fait appel à des mécanismes qui peuvent être repérés dans la réalité sociale, donnant lieu à des formes de rapports en tension, voire complexés, et figeant les professionnels dans leurs propres représentations, plutôt que de tendre à une mutualisation du travail.

Cette hypothèse a été récemment vérifiée au cours de l'observation d'une réunion de synthèse au sein d'un établissement social, qui réunissait professionnels de l'éducatif et du sanitaire dans une concertation autour du projet d'un usager, réunion ayant du être interrompue car les crispations devenaient si fortes qu'elles allaient conduire les acteurs au conflit. L'objet de la discorde s'est cristallisé autour de la notion du secret, « partagé » pour les uns, au nom de la loi 2007, « médical » pour les autres, au nom de la loi de mars 2002. Ayant interrogé ensuite chaque professionnel présent à la réunion, les propos recueillis faisant références au « dénigrement », à « l'irrespect », à « l'illégitimité » etc, discours renforcés à grand renfort de cadre règlementaire, et de « culture professionnelle ».
Pour autant, cette hypothèse pourrait être mise en dialectique avec le paradigme inverse, qui pourrait trouver un cadre dans la théorie de la culture antagoniste de G. Devereux (1970), ou par le biais de l'analyse transductive (processus d'influence) de SIMONDON (1964) ou GODIN (2004), qui permettraient l'exploration des mécanismes interculturels qui émergent au sein de ces organisations, comme stimulants l'affirmation des spécificités et non des effets irréversibles d'homogénéisation (BARTH-1969).

Cadre conceptuel :
Identité ; statut ; acculturation ; culture professionnelle ; organisation ; interculturalité

Cadre méthodologique :
Examiner les dynamiques interculturelles émergentes au sein d'organisations socio-éducatives à partir des pratiques d’évaluation, soumises à des injonctions institutionnelles conduisant à une mutualisation du travail, selon une approche hypthético-déductive et transductive.

Dispositif :
Analyse qualitative d'un corpus de documents professionnels issus d'intervention au sein d'organisations sociales et médico-sociales (Compte-rendus d'intervention, d'analyse des pratiques, d'observations, d'action de formation etc.). Matériau déjà recueilli et augmenté par les interventions sur site.

25 entretiens à visée de recueil qualitatif auprès de professionnels du champ sanitaire et social selon un échantillonnage permettant le croisement de données objectives (ancienneté, statut, nature de l'établissement, évolution de carrières etc) et l'analyse des éléments concourant à l'apparition de la dynamique interculturelle.

Nature de l’échantillon :
Encadrement et direction et professionnels de Niveau III (ayant une équivalence statutaire reconnue par la possession d'un diplôme) du champ sanitaire et social, exerçant au sein d'un établissement social et/ou médico-social. Au moins 3 établissements comme espace de constitution de l'échantillon, et selon des critères à définir (historique de l'établissement ; capacité d'accueil ; volume de salariés etc.).

Espace :
Languedoc-Roussillon

<< Retour à la présentation de l'axe de recherche n°1 de l'IRTS LR <<

© 2019   Créé par Prefis Languedoc Roussillon.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation